Dominique Heritier - Psychologue clinicienne, Psychanalyste

SYMPTOME

  • L’effet révolutionnaire du symptôme ". Marie-Jean Sauret, 2008 Humus - subjectivité et lien social. collection dirigée par Jean-Pierre Lebrun
L’idéologie scientiste qui accompagne le discours capitaliste promet que la science rendra compréhensible tout ce que nous aurions à connaître, que la technoscience fabriquera tout ce dont nous avons besoin, et que le marché donnera accès à tout ce qui nous manque.
 

Dans ce contexte (mensonger) de promesse de complétude, quelle est la capacité de la psychanalyse – qui fait fonds sur le désir et le manque qui le cause - à rester présente dans le lien social et à rejoindre, en se réinventant, ce que Lacan appelait « la subjectivité de notre époque » ? 

 

La mondialisation participe d’une nouvelle anthropologie en lieu et place de celle qui fonctionnait à l’autorité, symbolisée par le père pour le névrosé. Cette anthropologie pousse celui qui se laisse formater à se penser comme une machine performante : les dysfonctionnements se substituent à la psychopathologie, et la frustration à la loi du désir, excluant les « choses de l’amour ». certes la psychanalyse fournit, avec sa théorie du lien social, les moyens de cette analyse.

Mais est-ce que vaut toujours la solution par le symptôme, que les sujets avaient su inventer pour sauver, chacun à leur façon, leur singularité de la voracité de l’Autre ?
Grâce à elle, ils réussissaient leur inscription dans une communauté humaine. A quelle condition la psychanalyse saurait-elle aujourd’hui encore renouer avec « l’effet révolutionnaire du symptôme » ?